Eskobar - there s only nowAprès Chocobar, voici le nouvel Esquimau en barre : Eskobar ! 

Je fouillais gentiment mon coffre, à la recherche d’un album que j’eus voulu retrouver afin que je vous le présentasse, lorsqu’au détour d’un objet incongru que la morale m’empêche de citer ici, je suis tombé sur cet album : Eskobar – There’s Only Now. Immédiatement, mes doigts gelèrent. Non, ce n’est pas une image, mes doigts gelèrent effectivement. L’album était recouvert d’une couche de glace, épaisse. Franchement, peut-on imaginer une pochette plus froide que celle-ci ?

Cet album est froid. Je ne parle pas là de la musique, mais uniquement de l’image de couverture. Une lueur bleue comme la glace, un soleil pale, des tons froids de bleu et de noir, des vestes en cuir, on sent que ce ne sont pas les musiciens d’Eskobar qui iront jouer de la guitare à moitié à poil sur la plage ! Bon, c’est un choix artistique qui se respecte.Lire la suite de

Kings of Convenience - Declaration of DependenceDans mon coffre à mauvaise foi, j’ai un album un peu particulier. Il s’appelle Declaration of Dependence et a été fait par un groupe nommé Kings of Convenience. Sur sa pochette, dans l’oisive langueur d’une soirée de printemps au bord de la plage déserte, deux jeunes composent quelques chansons en regardant la mer, assis sur un muret auprès des palmiers. Sa pochette nous l’annonce donc clairement, ce groupe est californien !  Pardon ? Comment ça « non pas du tout » ? Ce groupe est norvégien ? Mais depuis quand y a-t-il des cocotiers dans la baie d’Oslo ? Et surtout, depuis quand peut-on y retirer son t-shirt ?!Lire la suite de

church wtih no magic - PVTC’est court, comme disait la jeune mariée.

Une fois n’est pas coutume, l’album que je viens de retrouver par hasard dans mon coffre à mauvaise foi est un album que j’aime bien. Je ne vais pas non plus l’encenser d’éloges dithyrambiques, ce serait mal me connaitre, mais je devrais réussir à garder mon calme, cette fois. Cet album, c’est Church With No Magic, du groupe australien PVT, paru en 2010. Déjà, avant même d’appuyer sur « Continuer la lecture », admirez cette pochette : sympa, non ? Certains devraient en prendre de la graine. On pourra juste leur reprocher d’avoir omis de mettre leur nom sur la couverture…Lire la suite de

vieux_farka_toure2L’Estive est une scène située à Foix, au fin fond du sud-ouest de la France, dans la plus petite préfecture de France. Ne vous étonnez pas cependant d’y voir un artiste comme Vieux Farka Touré y venir : en effet, l’Estive fait partie du réseau des scènes nationales de France, et peut proposer à ce titre des spectacles de qualité et de notoriété sans rapport direct avec son rayonnement effectif.

C’est grâce à ça que le guitariste malien Vieux Farka Touré est venu nous rendre visite pour un unique concert hier soir. Bien évidemment, pour rien au monde nous n’aurions pu rater ça. Vieux Farka Touré ! Vous rendez-vous compte ?

Je sens qu’il y en a qui se regardent réciproquement avec incompréhension. Une digression s’impose.Lire la suite de

Izzy_Stradlin_&_the_Ju_Ju_HoundsSoyons sérieux…

Nous sommes des gens sérieux. Je suis une personne sérieuse, Gaston est une personne sérieuse, nous sommes tous des gens sérieux. La musique est un domaine sérieux. Il ne suffit pas de taper sur des bambous pour se prétendre musicien. Il faut être sérieux. Quand on sort un album, il faut être sérieux. On s’accompagne de gens sérieux qu’on appelle « graphistes ». Ils produisent un travail sérieux. Ils ne se laissent pas aller à la facilité. Jamais il ne leur viendrait à l’idée de faire un photomontage de gamin de 10 ans sur une pochette d’album. Alors pourquoi ai-je trouvé ceci dans mon coffre ? Izzy Strablin and the Ju Ju HoundsLire la suite de

220px-MercuryRev-DesertersSongsNoir c’est noir, il n’y a plus d’espoir.

Voici ce que j’ai trouvé cette semaine dans mon coffre à mauvaise foi : Mercury Rev – Deserter’s Songs.

Savez-vous comment on peut reconnaître aisément un album de musique issu de mon coffre à mauvaise foi de n’importe quel album du tout-venant de mon alter-ego ? C’est grâce au tampon sur la pochette aux illustres lettres « Le CàMFoiDS » – loués soient leurs œils ! Et oui ! Un simple tampon noir, gravé de mes augustes initiales, pour marquer ce qui m’appartient. C’est toute la différence entre mes albums et ceux de Gaston. Sauf que lorsque la pochette est presque intégralement noire, et qu’on n’a pas envie de mettre le tampon directement sur la gueule du chanteur (demandez à votre compagne, ce n’est pas l’endroit où on le met usuellement), je suis bien embêté !Lire la suite de

Black_Mountain-In_The_Future Oui, parce que comme nom, la prairie fleurie, ça ne faisait vraiment pas sérieux.

L’album que j’ai trouvé, cette fois-ci, s’appelle In the Future et a été composé par un groupe nommé Black Mountain. Si vous avez lu l’article sur Midlake, vous allez me dire : « un nom en rapport avec la nature, ça doit être du new age ! » Alors, que ce soit clair tout de suite, non, ça n’en est pas, pour la simple et bonne raison que la pochette ne représente pas une forêt – Dieu que vous êtes bête ! – La pochette ferait au contraire bien plus penser à un album des Pink Floyd. Or, il est interdit de faire référence aux Pink Floyd, et je vais vous expliquer pourquoi…Lire la suite de

Midlake_TheCourageOfOthersIs dad a troll?

Aujourd’hui, au fond de mon coffre à mauvaise foi, j’ai trouvé un album à la pochette pour le moins improbable. Cet album, c’est The Courage of Others, du groupe Midlake. On y voit six gus assis dans une forêt, ou du moins devant un bosquet, la photo a peut-être été prise à Central Park. Ils sont vêtus de pèlerine beiges, portent la barbe fièrement, lancent des regards de conspirateurs. En un mot, c’est la cène de Léonard de Vinci, mais en version elfique. Et ça, ça annonce du très très lourd…Lire la suite de

sigismond-alterego-gastienTout être a un côté malfaisant. Gaston n’échappe pas à cette règle.

Vous souvenez-vous de la duplication génétique de Gaston, le génoviol qui donna naissance au Magnifique ? Avant qu’il ne soit renvoyé vers le passé par ses pilleurs, un protocole mal maîtrisé engendra une entité mal définie, émanation sombre de l’esprit supérieur du créateur. Cet être, lié irréversiblement à Gaston, l’a suivi vers le passé. Cet être, c’est Sigismond.Lire la suite de