Pochette du single Master Hunter de Laura MarlingSi le premier single de Once I Was an Eagle était sympathique mais pas très innovant (écouter Where Can I Go ? par ICI), Laura Marling se rattrape bien avec le nouvel extrait officiel de l’album, Master Hunter ! Il suffit de pas grand chose pour bousculer un peu son univers parfois trop uniforme et amener une nouveauté propice à l’engouement : ici, une batterie un peu particulière et un texte/phrasé incisif et voilà Laura Marling qui nous surprend à nouveau. Cette fois-ci, ce n’est plus la Bête qui la tourmente, elle s’est transformée en Maître chasseur pour le plus grand bonheur de nos oreilles.Lire la suite de

Pochette du nouvel album de Laura Marling Once I Was an EagleLe 4ème album de Laura Marling, Once I Was an Eagle vient de sortir cette semaine. Comme mise en bouche, Laura Marling nous propose un quadruple clip pour illustrer les 4 premières pistes de cet album : Take The Night Off, I Was An Eagle, You Know et Breathe. Brillante idée, on sait à quel point une ouverture d’album est importante… C’est d’ailleurs ici particulièrement remarquable car aucun de ces 4 titres n’est un single, on parlera des singles un peu plus tard. Du coup, même si les morceaux ne sont pas transcendants d’efficacité, Lire la suite de

Pochette de l'album A Creature I Don't Know de Laura MarlingLe problème d’artistes comme Laura Marling, c’est que leur univers est parfois un peu trop fermé, on pourrait avoir l’impression d’entendre un peu toujours la même chanson. C’est une qualité énorme aussi, on ne lui demande d’ailleurs pas d’en sortir (coucou Sia), mais il y a parfois moyen d’enrichir son univers de certaines influences pour amener un peu de fraîcheur et d’originalité à ses compositions. Lorsque Laura Marling sort en 2011 son album A Creature I Don’t Know, mené par le single Sophia, on aime, mais globalement, on sent peu d’évolution par rapport à I Speak Because I Can. Mais c’était sans compter l’ovni de l’album : l’excellente piste The Beast ! Lire la suite de

Laura Marling et le leader des Mumford and SonsMarcus Mumford, le leader du groupe Mumford and Sons… Oui, ce groupe de folk anglais qui a explosé avec un premier album, Sigh No more, et a plus que confirmé avec un second album, Babel, s’inscrivant dans le cercle fermé des « plus gros vendeurs de disque au niveau mondial », cartonnant particulièrement aux USA et au Royaume-Uni et raflant moult récompenses. Marcus Mumford, donc, était le petit copain de Laura Marling jusque fin 2010 et a d’ailleurs commencé sa carrière comme instrumentiste, choriste et compositeur pour l’anglaise. I Speak Because I Can, le deuxième album de Laura Marling, est très imprégné de cette relation avec Mumford, ce dernier apportant son univers très « country » à des titres comme Rambling Man, Darkness Descends ou Devil’s Spoke. Lire la suite de

Pochette de l'album I Speak because I can de Laura MarlingEn 2010, Laura Marling sort son second album intitulé I Speak Because I can. Album davantage cohérent (si c’était possible), il alterne pourtant les morceaux up-tempos et les ballades et dans ce dernier registre, elle excelle particulièrement. En écoute aujourd’hui, 2 morceaux plutôt calmes, donc : Blackberry Stone et What He Wrote. Dans Blackberry Stone, Laura Marling n’a besoin pour nous envoûter que de sa voix et sa guitare… et un violoncelle qui touche là où il faut, d’une façon plus subtile que sur Night Terror, par exemple.Lire la suite de

Pochette du premier album de Laura Marling Alas I Cannot SwimA l’occasion de la sortie de son (déjà) 4ème album, Once I Was an Eagle, la chanteuse britannique Laura Marling est notre artiste de la semaine ! Retour en 2008 : Laura Marling a alors 18 ans et publie son premier album « Alas, I Cannot Swim« . Elle va y dessiner les contours de son univers, un univers folk globalement interprété à la guitare acoustique qu’elle va conserver sur tous ses albums. Ca donne des titres comme My Manic and I, Night Terror, Old Stone ou encore l’interlude assez puissant « Crawled Out of the Sea« . Lire la suite de